blog

BV Sport sur tous les terrains : Euro de foot, Tour de France et JO de Rio.

05/08/2016 - PRESS BOOK

Quatre ans après les Jeux olympiques de Londres, BV Sport se félicite d’avoir une nouvelle fois été choisi par la commission médicale du Comité National Olympique et Sportif Français pour équiper les 400 athlètes tricolores. Après l’équipe de France de football à l’Euro et deux équipes partenaires sur le Tour de France, la marque française se réjouit d’un été exceptionnel. La PME va dépasser les 5 millions d’euros de chiffre d’affaires.

Des terrains de foot de l’Euro 2016 au tartan des pistes d’athlétisme de Rio en passant par les cols du Tour de France, les champions de l’été auront tous été, de près
ou de loin, en contact avec les produits BV Sport. La PME française partenaire de l’équipe de France de football depuis 1998 a été choisie par la commission médicale du Comité National Olympique et Sportif Français pour les JO de Rio.

“Nous sommes partenaires de la Fédération française d’athlétisme depuis longtemps, mais pour continuer à équiper les athlètes il a fallu traiter avec le CNOSF et se plier à leur règlement”, précise Salvatore Corona, patron de BV Sport.

Pour livrer les produits aux athlètes français, la marque a été contrainte de remplacer son logo par celui du CNOSF qui reprend l’emblème du coq. “Les produits ne seront pas disponibles à la vente”, souligne également Salvatore Corona.

Les athlètes ont été équipés des produits “élites” de la marque. Cela signifie qu’ils ont eu accès à des produits sur mesure avec des tailles spécifiques conformes aux mensurations fournies par leur médecin. “BV Sport commercialise huit tailles en magasin, mais la marque en compte quatorze dans ses programmes informatiques”, préciset-il.

Les 400 athlètes ont reçu des produits de la gamme Confort, gamme de chaussettes pour phases de piétinements et pour les voyages, le célèbre BOOSTER® Elite, la gamme de manchons d’effort et PRORECUP® ELITE, gamme de chaussettes de récupération. Au total, la marque a livré plus plus de 1.200 produits.

A noter que l’Union cycliste internationale (UCI) interdit toujours les produits de compression en compétition. “C’est une aberration que de considérer le Booster comme un produit dopant. Que les cyclistes se permettent d’interdire ce produit d’origine médicale me surprendra toujours”, soupire Salvatore Corona.

Impossible pour la marque française de chiffrer la corrélation entre cette visibilité médiatique et les ventes. “BV Sport va terminer l’année à plus de 25 % de progression et devrait dépasser les 5 millions d’euros de chiffre d’affaires."

Exprimer les retombées économiques liées à l’Euro ou au JO est toutefois impossible. Il est clair que cela a un impact sur les ventes et la notoriété de BV Sport. Nous avons eu de très bons retours suite à l’Euro avec notamment un passage au 20 h de TF1”, souligne Salvatore Corona. “Nous avons des cautions scientifiques qui démontrent l’efficacité de nos produits et une caution du domaine sportif. Ce n’est pas un hasard si nous fabriquons nos modèles en France. La main d’oeuvre locale et l’investissement dans des machines permettent une précision optimale”, dit-il. (yf)

Article original de Sport eco du 25 juillet 2016

Suivez-nous